La Dre Marja Verhoef,
lauréate de 2011


 

 

2011 winner

La Dre Verhoef est titulaire de la seule chaire de recherche au Canada en médecine complémentaire à l’Université de Calgary. Elle est l’instigatrice de la mise sur pied de plusieurs réseaux canadiens visant à promouvoir et à établir des partenariats parmi les personnes qui s’intéressent à la médecine complémentaire, alternative et intégrative. Le mieux connu de ces réseaux se nomme IN-CAM, un organisme virtuel qui suscite la collaboration entre les chercheurs et les praticiens au Canada, en Amérique du Nord et à l’échelle internationale. Elle est une avocate de l’adoption de méthodes de recherche pertinentes portant sur les approches souvent pluridimensionnelles qui appartiennent au domaine de la médecine complémentaire et alternative. Elle a été source d’inspiration et mentor de nombreuses personnes dans la recherche en médecine complémentaire et alternative. Pour en savoir plus ››

La Dre Verhoef et son mari, Peter Dankers, ont émigré à Ottawa depuis la Hollande en 1978 pour tirer avantage d’une possibilité de carrière pour Peter. « J’ai grandi en recevant des traitements et des soins d’un homéopathe et ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai compris que cela était rare et inacceptable dans de nombreuses régions du monde. » Une autre possibilité les a amenés à l’Université de Calgary où ils se sont établis et ont eu leurs deux fils. L’intérêt de la Dre Verhoef pour la MCA a été éveillé lorsque le Dr Sutherland, un gastroentérologue, lui a demandé d’étudier l’utilisation que font ses patients des thérapies complémentaires et alternatives. Les résultats ont montré une utilisation beaucoup plus importante que ce que l’on soupçonnait.

La Dre Verhoef a poursuivi des recherches connexes au domaine avec des études sur les utilisations de la MCA pour diverses maladies, mais lorsqu’elle a réalisé une enquête sur les attitudes des médecins en titre à l’égard de l’utilisation de la MCA [Verhoef MJ, Sutherland LR. General practitioners' assessment of and interest in alternative medicine in Canada], elle y a sauté à pieds joints. Pendant ces années de formation, elle a réuni d’autres scientifiques et des étudiants des cycles supérieurs et les a encouragés à étudier le domaine. Ses diplômes en sociologie, en psychologie et en épidémiologie lui ont permis de collaborer avec des chercheurs de nombreuses disciplines.

« La collaboration est essentielle au domaine de la MCA. Il n’est pas utile (et pas si stimulant agréable!) de tous suivre notre propre voie. Nous devons collaborer pour développer et promouvoir le domaine de la recherche et de la formation sur la MCA afin d’améliorer la qualité et la portée de nos travaux. Les réseaux sont des occasions en or pour collaborer, partager de l’information, créer des équipes de recherche et être à l’écoute des praticiens, du public et des besoins des patients. » Ce sentiment a mené au développement du réseau IN-CAM (Réseau interdisciplinaire canadien de recherche sur les médecines complémentaires et alternatives) en partenariat avec la Dre Heather Boon (financée par une subvention de l’équipe des IRSC) et la CCAM (équipe de recherche sur le cancer et la MCA). La Dre Verhoef a été l’un des fondateurs de l’International Society for Complementary Medicine Research (ISCMR) et en a assumé la première présidence. Ces organisations virtuelles sont efficaces, ont des budgets minimes et sont couramment utilisées par un large éventail de membres du Canada, des États-Unis et du monde entier. La Dre Verhoef croit fortement dans la consolidation de relations professionnelles avec de la nourriture et des boissons, l’établissement de collaborations avec de la pizza et du vin, au cas où aucun repas de conférence n’est disponible. Elle est réputée pour son utilisation pointilleuse des fonds de subvention, pour étirer les dollars bien au-delà de leur capacité habituelle. Mais derrière sa manière de parler doucement se cachent une énergie infatigable et une concentration caractérisées par une extrême détermination.

Certains pourraient affirmer que ses travaux les plus novateurs sont dans la recherche sur les systèmes entiers. « Je suis passionnée par la recherche sur les systèmes à approche holistique, parce que l’on peut seulement rendre justice aux systèmes de traitement de la MCA par la recherche qui reconnaît leur complexité et l’interconnectivité des divers éléments de traitement. Il est inacceptable de dire que nous n’avons pas de telles approches méthodologiques. Si tel est le cas – nous devons les mettre au point. » La Dre Verhoef, ainsi que la Dre Cheryl Ritenbaugh, ont mis sur pied un groupe de recherche sur les systèmes à approche holistique appelé Whole Systems Research Group en 2002. Du nom de « Groupe d’Islande », cette équipe ambitieuse de scientifiques a pour but d’élaborer un modèle de recherche qui évaluera de façon appropriée les effets des systèmes à approche holistique comme la médecine traditionnelle chinoise et la naturopathie. « Il est indispensable d’établir des faits probants pour la MCA. Cependant, il importe également d’utiliser des méthodes qui sont mises au point pour évaluer des systèmes complexes tels que la MCA. »

Un autre des intérêts fondamentaux de la Dre Verhoef est la MCA dans un projet d’études médicales de premier cycle. Ce projet national vise à élaborer un programme d’études sur la MCA et le produit de santé naturel (PSN) pour le présenter dans le cadre des programmes de formation médicale de premier cycle au Canada. « Il est essentiel que les médecins en formation sachent que les patients utilisent la MCA et préparés à en discuter avec eux. La compréhension et la connaissance peuvent être propices à encourager des relations positives avec les praticiens de la MCA. » Le programme d’études est destiné à aider les étudiants à acquérir l’attitude, les compétences et les connaissances nécessaires pour discuter de la MCA et des PSN avec les patients de manière informée et sans porter de jugement.

La Dre Verhoef entend utiliser le Prix pour améliorer la qualité de la recherche sur la MCA et les possibilités de formation sur la MCA pour les praticiens ainsi que les étudiants de troisième cycle.

Kate MacDonald
Coordonnatrice du Prix Dr Rogers
Colloque de 2011
Le Colloque de 2011 du Prix Dr Rogers sur la médecine complémentaire, alternative et intégrative a réuni plus de 250 personnes dans le domaine qui ont partagé leurs réflexions et leurs idées sur la façon dont la médecine intégrative est pratiquée actuellement au Canada et la manière de la faire évoluer. La discussion qui a eu lieu tout au long de la journée a reflété l’engagement profond des participants envers l’induction de changements positifs dans le système canadien des soins de santé.
Jury de 2011
Cinq spécialistes internationalement distingués du domaine de la médecine complémentaire et alternative (MCA) ont fait partie du jury qui a sélectionné le lauréat du premier Prix Dr Rogers d’excellence en médecine complémentaire et alternative. Le jury avait été composé d'experts internationaux, afin de permettre aux spécialistes canadiens de poser leur candidature.
Dr James Samuel Gordon (É.-U.) Dr George Lewith (R.-U.) Dr Joseph E. Pizzorno (É.-U.) Mary Ann Richardson,
Dre S. P. (É.-U.)
Dr Simon Sutcliffe (Canada)
Communiqué de presse de 2011
30 août 2011
Couverture médiatique de 2011
Septembre 2011
16 septembre 2011
24 septembre 2011
Octobre 2011